Accueil du site > L’association > Comptes rendus des réunions du Comité de l’U.P.L.S. > Compte rendu de la réunion du Comité du 26 septembre 2012

Compte rendu de la réunion du Comité du 26 septembre 2012

samedi 10 novembre 2012, par Christophe Repplinger

Compte rendu de la réunion du comité de l’UPLS du 26 septembre 2012

Ecole des Mines de Paris, 17h

Présents : MM Rémy Boulard, Christophe Repplinger, Jean-Michel Pannecoucke, Michel Thébault, Véronique Marimpouy, Brigitte Duconseille, Yves Champinot, Jean Duchesne, Geneviève Chanson-Solana, Isabelle Guillot, Annie Wyss, Danièle Heiderscheidt, Danielle Réal, Léa Thalmard

Excusés : Sandrine Costa, Cécile Michaud, Laurence Gauthier, Myriam Cosnefroy, Hubert Laizé, Catherine Taconet

1. Bilan de rentrée

a) scolaire

Les concours de Centrale et e3a ont bien fonctionné pour la session 2012.

En lettres, en particulier, l’épreuve s’est bien déroulée, contrairement à la session précédente.

En langues, les enseignants sont satisfaits de l’épreuve, qui semble adaptée.

En LV1, CCP maintient a priori le même type d’épreuve, à préciser à la réunion avec le jury qui aura lieu le mercredi 14 novembre.

Une collègue d’espagnol rappelle la suppression de toutes les LV2 ainsi que du latin et du grec aux concours des ENS, ce qui est l’occasion de signaler que pour l’instant, elle est maintenue au concours de CCP.

A ce sujet, une collègue signale que l’épreuve a été modifiée et est devenue plus difficile au vu des sujets donnés en italien et en espagnol à la session 2012. La langue était difficile, et les collègues du lycée Berthollet à Annecy (74) ont constaté une chute dans les notes de leurs élèves, tandis que cette épreuve facultative est censée les valoriser. Elle signale aussi la disparité entre les langues, l’épreuve d’anglais restant dans la continuité du niveau demandé les années précédentes, et qui semble réaliste pour des LV2.

Les collègues en question ont écrit au jury du concours CCP sans obtenir de réponse pour l’instant.

On soulève la question de l’existence ou non d’heures dévolues aux colles de LV2, qui semble varier selon les établissements. Ce point est l’occasion d’un rappel sur les modalités de paiement des colles en CPGE scientifiques : un groupe de deux élèves devrait être payé comme un groupe de trois, mais certains établissements rémunèrent en fonction de l’élève, et non de l’heure.

Un collègue rappelle que la réforme de 1972 prévoyait la suppression d’une heure de cours de langue par semaine, passant de 3h à 2h, afin de pouvoir créer les colles.

Sur la question de l’évolution des épreuves, que préconise l’UPLS ?

On constate qu’une épreuve de synthèse, exercice auquel les élèves se préparent sur deux ans, est tout à fait faisable. La mise en commun des travaux permet aux enseignants d’avoir une préparation complète, et permet aux élèves une immersion totale dans une langue écrite de grand volume, et de travailler réellement l’expression écrite.

Ce constat positif vis-à-vis du format d’épreuve choisi par e3a et Centrale est un argument à faire valoir auprès du jury du concours agro-véto, en faveur du maintien d’une épreuve de LV1 à l’écrit.

Pour la session 2013, l’épreuve de LV1 est maintenue pour le concours agro-véto. Nous n’avons pas encore obtenu d’informations supplémentaires quant à la suppression de la LV2 facultative à ce même concours. Réunion avec le jury d’agro-véto le 17 octobre.

On évoque aussi la possibilité, judicieuse pour le concours agro-véto, d’une banque d’épreuves avec des difficultés étalées.

b) institutionnel

- état des travaux de rénovation des programmes

En langues, le toilettage mené par l’Inspection Générale semble avoir été bien mené. Le texte a été refait suite à la réunion du 19 juillet 2012, et le statut des classes préparatoires tel qu’il est n’est pas remis en question.

La discussion s’ouvre sur les objectifs de la formation et les évaluations, on souligne la nécessité de défendre certains types d’épreuves, comme la traduction. Un collègue rappelle que par le passé, le diplôme d’ingénieur n’était décerné que si le candidat obtenait un niveau suffisant dans deux langues vivantes. Les écoles se dirigent de plus en plus vers des modules enseignés en langue étrangère, mais se limitent très (trop) souvent à l’anglais.

Dans les écoles, la distinction LV1/LV2 ne devrait plus exister.

On note par ailleurs qu’en filières STI et ATS, l’idée de mettre en place des modules d’enseignement par binômes (anglais/STI) a de nouveau fait surface, et on souligne le risque de vassalisation des langues qu’un tel enseignement causerait. Les membres du comité insistent sur la nécessité d’une formation académique, y compris en filière technique.

L’enseignement des lettres reste sur programme dans ces filières.

La première année va s’organiser en semestres, mais les horaires restent inchangés.

- Assises de l’enseignement supérieur et de la recherche

Le document est très précis, et n’implique pas de bouleversement du système. A terme, les grandes écoles devraient obtenir un statut semblable à celui des universités, sur le modèle des universités américaines. L’idée serait donc de mettre en place un enseignement supérieur international de qualité, avec des cours en français mais aussi en anglais.

On s’interroge alors sur le prix de la formation : les écoles seraient à même d’attirer des étudiants étrangers prêts à payer pour leur formation, ce qui compenserait l’investissement initial. On mentionne l’exemple de l’ESSEC, qui a déjà mis en place un tel système.

Deux questions se posent alors : d’une part, le statut de ces étudiants étrangers doit être défini, car ils ne passeront pas le concours d’entrée des étudiants de CPGE, et d’autre part, si on intégrait des étudiants étrangers dès le niveau CPGE, la formation devrait-elle être payante ?

On rappelle que les inscriptions aux concours représentent déjà une somme considérable dans certains cas, et que ces tarifs devraient être baissés pour compenser ces potentiels frais d’inscription en CPGE.

2 . Rendez-vous avec les jurys de concours et nouvelles épreuves de LV annoncées

- Agro-véto : le samedi 13 octobre

- Banque PT le mercredi 17 octobre

- e3a : le 24 octobre

- CCP : le 14 novembre

- Centrale : le 28 novembre à 14h, à Centrale

- Mines-Ponts : mercredi de décembre

3. Organisation de la demi-journée des linguistes du samedi 13 octobre 2012 à 16h30 (Lycée Saint Louis, Paris)

On évoque la nouvelle épreuve de synthèse + question pour la banque PT (cf : réunion du 17 octobre) et la question du sujet 1A et sujet 1B.

Il faudrait que les participants viennent avec un sujet type et un corrigé, pour pouvoir échanger avec les collègues.

4 . Organisation de la journée consacrée au programme de français fin novembre

5. Point sur les participations aux diverses commissions Amont (Commissions compétences/ Sections technologiques/ Ouverture sociale/ Réforme du lycée)

6- Perspectives pour l’année 2012-2013
Dynamiser le nombre d’adhésions.

Fête anniversaire de l’UPLS à la fin de l’année, projet en cours.

Ces trois derniers points seront abordés dans une prochaine réunion du comité , fixée pour le 21 novembre.

La séance est levée à 18h45.

Compte rendu rédigé par Léa Thalmard

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Création de site internet & référencement internet & référencement naturel : www.impaakt.fr