Accueil du site > Les langues > Comptes rendus des réunions avec les jurys > Concours Banque PT > Compte rendu de la réunion du jury Banque PT du 14 octobre 2015

Compte rendu de la réunion du jury Banque PT du 14 octobre 2015

dimanche 18 octobre 2015, par Christophe Repplinger

Banque PT

Au cours de la réunion du Jury Banque PT qui s’est tenue mercredi 14 octobre, les coordonateurs des LV se sont surtout consacrés aux barêmes des épreuves qu’ils ont détaillés finement.

L’épreuve LVA comporte une note de synthèse notée sur 50 points qui se décomposent comme suit :

- méthode sur 15 (structure globale ; mise en cohérence des arguments ; reformulation des idées)

- compréhension et contenu sur 15 (réponse à la problématique ; compréhension des documents ; pertinence des idées)

- langue sur 20 (lexique et syntaxe)

En outre, un système de gros malus est pratiqué :
- lorsque le nombre des mots est loin des 450-500 exigés, la méthodologie est notée sur 7
- lorsque des éléments extérieurs sont introduits dans la note den synthèse : IDEM.
- lorsque tous les documents ne sont pas traités : IDEM.
- lorsque les documents sont traités dans l’ordre dans lequel ils se présentent et ce indépendamment les uns des autres, la méthode se voit attribuer la note de zéro.
- lorsque plusieurs gros malus sont combinés : IDEM.

Le jury s’efforce de proposer des problématiques ouvertes et apprécie la démarche des candidats qui reformulent la problématique.

Le jury préfère que le candidat nomme le document qu ‘il souhaite citer ; la mention Doc.1, qui compte pour un mot, entre parenthèses est acceptée.

Il est remarqué que les candidats perdent beaucoup de points au niveau de la mise en cohérence des arguments qui manque souvent de lien logique ou témoigne d’un raisonnement inversé. Dans le présent dossier sur les drones par exemple, les problèmes sécuritaires entraînent l’obligation de légiférer. Or, nombre de candidats partent de la législation pour aboutir à la sécurité.

Le jury se montre critique à l’égard des expressions idiomatiques employées d’un seul tenant et mal intégrées dans des énoncés trahissant une méconnaissance des fondamentaux. La maîtrise des bases de l’anglais est plus fondamentale que l’apprentissage arbitraire d’expressions toutes faîtes.

Au final, le jury reconnaît que les candidats sont plutôt bien préparés.

Moyenne des 2219 candidats anglicistes : 9,46
Moyenne des candidats germanistes : 11,95

L’épreuve LVB comporte une contraction croisée et un essai notés sur 20 points chacun.

Le candidat doit repérer les idées essentielles du texte français qu’il peut très bien restituer dans un ordre différent dans une contraction en 130 mots.
Le candidat doit viser le niveau B2 du Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues. Qui ne maîtrise pas le present perfect n’obtient pas la moyenne.

Pour l’essai,
- qualité de la langue : 12 points ( syntaxe, grammaire 8 points, richesse, prise de risques et adéquation du lexique 4 points )
- construction 4 points
- apport personnel 4 points

Le jury fait en sorte d’avoir des barèmes très serrés ; tout est fait sur fichier Excel.

Moyenne des candidats anglicistes : 9,33
Moyenne des candidats germanistes : 10,74

L’ORAL
- compréhension du document (restitution, organisation, apport personnel) : 6 points
- syntaxe (maîtrise, richesse, aptitude à se corriger) 4 points
- lexique (pertinence, étendue, tournures idiomatiques) 4 points
- phonologie (articulation, intonation, rythme, fluidité) 3 points
- capacité à communiquer et interagir (attitude générale, réponse aux questions, demande de reformulation/précision) 3 points

Une réflexion est en cours pour améliorer la qualité des enregistrements qui manquent d’authenticité vu qu’ils correspondent à de l’écrit oralisé.

La coordonatrice des écrits d’anglais nous informe que les réclamations sur les notes ne lui sont pas transmises.

Véronique Marimpouy

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Création de site internet & référencement internet & référencement naturel : www.impaakt.fr