Accueil du site > Les langues > Comptes rendus des réunions avec les jurys > Concours e3a > Compte rendu de la réunion avec le jury e3a du 30 novembre 2016

Compte rendu de la réunion avec le jury e3a du 30 novembre 2016

jeudi 1er décembre 2016, par Christophe Repplinger

Compte rendu de la réunion concours e3a – 30 novembre 2016 – 10h-12h

Gilles Dussap (Président du concours e3a)
Xavier Dufresne (directeur formation initiale de l’ENSAM, responsable du service concours e3a et PT)
Bertrand Beaufils (UPSTI)
Sylvie Bonnet (UPS)
Christophe Repplinger (UPLS)

Bilan du concours 2016

10382 candidats (11234 en 2015)
3837 places (3785 en 2015)
2252 intégrés (2129 en 2015)

Tassement des inscriptions chez les partenaires (certaines écoles, dont l’ESTP, a fait payer des frais d’inscription modiques, entre 10 et 25 euros, même pour les boursier pour éviter d’avoir des candidats qui ne viennent pas aux oraux), mais augmentations des inscriptions pour les écoles de la banques.
Nombre de boursier très stable, environ 30%. Baisse d’environ 5% du nombre de 5/2. Chiffres assez semblables à ceux des autres concours.

Pas d’incident majeur sur la session.
Les correcteurs se plaignent du niveau d’expression française, plus fortement que d’habitude, et pour e3a et pour banque PT.
Sylvie Bonnet : impact de la réforme du lycée, qui n’a pas touché que les sciences. Avec la nouvelle formule de TIPE, il y a plus de choses à rédiger, et les professeurs vont se sentir obligés de corriger.

Langues

Synthèse   : demande de communication du barème précis.

QCM   : la notation ne valorise pas la prise de risque (bonne réponse : +3 ; absence de réponse : 0 ; mauvais réponse : -1).
Réponse : il s’agit d’éviter les réponses aléatoires.

Discussion autour du rôle de l’anglais dans les écoles
On met des moyens en langue en école d’ingénieurs, et parfois malgré ces moyens on n’arrive pas à rattraper les retards.
Depuis 5 ans, diminution du nombre d’élèves qui n’ont pas leur diplôme à cause du TOEIC.
A l’ENSAM, remédiation en 1ere année, pas de passage en 2e année si les problèmes en anglais n’ont pas été réglés. Individualisation du cursus
Sur la formation d’ingénieurs, on est à 1 ou 2% d’échec à cause des langues.
En formation par apprentissage, on est plutôt à 8%.

Français

Pas de problème particulier sur l’épreuve. Mais il est regretté que l’échelle des notes ne soit pas assez étalée et que les notes élevées ne soient pas suffisamment utilisées. Un excellent candidat en français n’aura pas une aussi bonne note qu’un excellent candidat en maths.

Réponse : il n’y a pas d’harmonisation sur les épreuves de français et de langues (notes brutes des correcteurs). Mais il y a quand même un certain nombre de 20 (de l’ordre d’une cinquantaine). L’écart-type est de 3,77. Cette question sera examinée avec attention.

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Création de site internet & référencement internet & référencement naturel : www.impaakt.fr