Accueil du site > Les langues > Comptes rendus des réunions avec les jurys > Concours Banque PT > Compte rendu de la réunion du jury Banque PT du 17 octobre 2012

Compte rendu de la réunion du jury Banque PT du 17 octobre 2012

samedi 10 novembre 2012, par Christophe Repplinger

Réunion du Jury Banque PT du 17 octobre 2012

Les participants linguistes consacrent la majeure partie de l’après-midi à un atelier Langues Vivantes au cours duquel le nouveau format des épreuves programmées pour 2013 leur est exposé dans le détail.

Les épreuves écrites

Catherine Colin, coordinatrice des langues pour la Banque PT, confirme que l’épreuve 1A consistera en une synthèse à partir d’un dossier thématique composé de 5 documents dont 3 textes de 450 mots chacun et de 2 documents iconographiques. Les textes proviendront d’articles de presse, incluront éventuellement une critique de livre ou d’essai mais n’incluront jamais un morceau de fiction. Ils seront de difficulté moyenne. Les documents iconographiques incluront des dessins de presse, un ou des tableaux et figures. Tous ces documents porteront sur une même thématique, liée aux enjeux sociaux, économiques, culturels ou scientifiques de l’actualité. Ils ne porteront ni sur des questions de politique, ni sur des questions sensibles. Ils seront récents. Une exception pourra être faite si un document plus ancien a une pertinence par rapport à l’actualité du sujet ( par exemple, deux graphiques sur un même sujet, l’un datant de 2000, l’autre de 2012 ).

A la différence des concours Centrale et e3a, une question, posée dans la langue vivante choisie, orientera la réflexion des candidats.. Cette question sera introduite par la formule suivante : « En vous appuyant uniquement sur les documents du dossier thématique qui vous est proposé, vous rédigerez une synthèse répondant à la question suivante : ... »

La question sera suivie de la mention : « votre synthèse comportera entre 450 et 500 mots. » Le candidat sera donc tenu de préciser le nombre des mots qu’il écrira sans toutefois mettre de « slash » qui nuisent à la lecture de la copie.

Le candidat veillera à restituer les idées principales des documents dans une rédaction organisée, faisant apparaître une progression logique. En effet, la synthèse n’est pas un résumé des documents avec des idées mises « bout à bout » ; elle est encore moins un copié/collé des éléments des divers textes qui la composent. Le candidat pourra faire quelques citations avec parcimonie ; il s’abstiendra d’exprimer son opinion personnelle.

La synthèse comportera un titre qui sera concis, factuel et qui s’efforcera de résumer le thème principal des documents. L’introduction donnera la source des documents et la problématique. Il est précisé que nommer les textes document 1 / document 2 / document 3 est autorisé.

L’épreuve 1B consistera en une contraction croisée et un essai. Les candidats devront contracter en 130 mots ( +/- 10% ) dans la langue choisie, un texte unique de 700 à 750 mots, rédigé en français et portant sur les enjeux sociaux, économiques, culturels ou scientifiques de l’actualité. La contraction ne comportera pas de titre. Catherine Colin précise que les rapports de jury sur les contractions croisées des années passées restent valables.

Par ailleurs, les candidats devront rédiger dans la langue vivante choisie un essai de 200 à 220 mots. La question posée sera commune à l’ensemble des langues vivantes offertes au concours, et portera sur la thématique du texte proposé pour la contraction. Les deux exercices du sujet 1B seront affectés de coefficients identiques.

Les deux nouvelles épreuves du concours Banque PT dureront 3 heures chacune.

Enfin Catherine Colin n’a pas caché que le barème n’est pas tout à fait finalisé ; il devra être testé à l’épreuve de copies réelles.

L’oral

Le format de l’épreuve orale ne change pas. Les candidats écoutent un texte enregistré, d’environ 3 minutes, sur des faits de société d’intérêt général. Il est précisé que les personnes anglophones qui ont participé aux enregistrements sont d’origines géographiques diverses et sont toutes très compréhensibles. Les candidats peuvent manipuler le MP3 et réécouter le texte autant de fois qu’ils le désirent. Les textes ne comportent aucune source, ni titre, ni date. L’ exercice n’est pas une dictée. Les candidats doivent relever les points essentiels du texte et faire suivre leur résumé d’un commentaire. Les temps de préparation et de passage sont de 20 minutes chacun.

Jérôme Arnaud, un membre du jury de l’oral, rappelle que lire ses notes est pénalisé et précise que le commentaire ne consiste pas à dire « je ne suis pas d’accord avec le journaliste ... » Le commentaire est suivi d’un échange avec l’examinateur, qui peut partir de la problématique du texte pour s’ouvrir sur les projets professionnels et personnels du candidat.

Les critères d’évaluation sont les suivants :

- 6 points pour la compréhension, restitution, organisation et apport personnel

- 4 points pour la syntaxe : maîtrise, richesse, aptitude à se corriger

- 4 points pour le lexique : pertinence, étendue, tournures idiomatiques

- 3 points pour la phonologie : articulation, intonation, rythme, fluidité et accentuation

- 3 points pour la capacité à communiquer et interagir

Les professeurs souhaitant davantage de renseignements peuvent prendre connaissance des deux sujets zéro mis sur le site de la Banque Physique et Technologie.

Compte rendu rédigé par Véronique Marimpouy

SPIP | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0
Création de site internet & référencement internet & référencement naturel : www.impaakt.fr